Publié dans Uncategorized

Par Choix, Par Devoir, j’irai voter 237

l’an2011est une année hautement importante pour le Cameroun, en ce sens qu’elle est une année à échéance électorale présidentielle. Depuis l’avènement du multipartisme en 1990 et la première élection présidentielle démocratique en 1992, il s’agira pour la Nation vert-rouge-jaune de son 4ème scrutin conduisant au choix de son leader.

2035 a été choisie comme année butoire du processus qui conduira le Cameroun au statut de pays émergent. Nous sommes en l’an 2011, il reste nous reste donc 24 ans pour atteindre cet objectif.

En cette année 2011, le peuple camerounais est appelé à choisir son président, qui portera pour 5 ans tous les espoirs et rêves des camerounais. Cette élection présidentielle se déroulera dans un contexte particulier pour l’Afrique et unique pour le Cameroun.

Ce contexte a d’autant plus attiré mon attention qu’il interpelle directement les jeunes générations dont j’en fais partie. Dans 24 ans, je frapperai aux portes de la Cinquantaine et s’il plait à Dieu, chef de famille. Prenant compte de tout cela, je me projette sans cesse dans le futur Cameroun et j’imagine à quoi aspireront mes enfants et les jeunes générations. Seront-ils épanouis dans un environnement socio-économique favorable ? Seront-ils scolarisés dans un système éducatif à la page et éfficace ? Pourront-ils exercer le métier qu’ils auront choisi dans leur pays ?

Toutes ces questions me renvoient comme réponse le reflet de l’homme que je serai. Ce reflet s’estompe peu à peu pour laisser la place à celui que je suis actuellement : un jeune camerounais de 25 ans, amoureux de son pays , plein d’ambitions et de rêves plein la tête. Un jeune qui connait la situation socio-économique de son pays, qui en subit les effets et qui se sent particulièrement interpellé par l’importance cruciale que revêt la prochaine échéance électorale.

Les défis de cette élection vont bien au dela de tout ce que nous lisons, entendons et regardons dans les médias. Ils vont au dela des discussions dans les quartiers, bistrots et chaumières. Il s’agit de trouver la formule exacte qui non seulement devra conserver sauf les acquis actuels mais aussi et surtout propulser le vaisseau Camerounais sur l’orbite de la prospérité. Pour cela, nous devons chacun choisir en son âme et conscience le programme politique et l’homme que nous croyons apte à mener cette évolution et qui devra irriguer les espoirs de tous les camerounais vers le souci et le fardeau de l’intérêt d’un destin commun.

En prélude à ce processus, le gouvernement a mis sur pied des institutions devrant garantir la transparence de ces élections : ELECAM. Au dela des insuffisances et de tous les griefs qui lui sont reprochés, je suis de ceux qui croient qu’il faut malgré tout accorder le bénéfice du doute et aller aux urnes. Avec le droit de vote accordé aux camerounais de la diaspora (tout en attendant les détails), une chance est donnée à tous les fils de la Nation Vert-Rouge-Jaune de faire valoir leurs choix en remplissant leur devoir…

Oui, de Choix et de Devoir, c’est de cela qu’il s’agit. Un choix d’évolution pacifique de la situation socio-économique de la Nation 237, un choix d’une révolution pacifique des attitudes patriotiques, un choix de programme politique, un choix de censure des candidats- Un devoir civique, un devoir de mémoire envers tous ceux qui ont versé leur sang et se sont battus pour faire du Cameroun une patrie indépendante et démocratique, Un devoir civique à accomplir envers les institutions qui vont au dela des hommes, Un devoir de mémoire envers les futures générations.

Je vote Camerounais, Je vote237, Par Choix, Par devoir.

 

Publicités