Publié dans Socioscopie

rêver pour impacter (Wakanda for ever)


Voilà des semaines, que dis-je…des mois que je n’ai plus écrit. Panne de la feuille blanche? Peut-être. Toujours est-il que je n’ai eu cesse de réfléchir, d’analyser les choses vues de mon prisme, de partager mes opinions avec d’autres lumières à chaque fois que l’opportunité se présentait. J’ai même pensé à faire des vcasts comme raccourci, mais Dieu sait à quel point me mettre en scène comme acteur dans un premier rôle me parait insignifiant, tellement je suis entouré de talents et de belles personnes. Alors pourquoi je me décide enfin à écrire à nouveau? Peut-être parce qu’un acteur, un vrai, a transcendé cette léthargie coupable et sous-estimante, en jouant sa plus belle scène pour la postérité: Chadwick Boseman.

Crédit photo: Chadwick Boseman official account on twitter


Oui, le Roi T’challa nous a quitté. Notre héros et leader, la Black Panther, s’est éteint, avec silence et surtout dans une dignité unique et inattendue. Ce matin du 29 aout 2020, quand à 3h du matin je vois la dépêche tombée sur mon téléphone, je me sens secoué de l’intérieur. Le Wakanda fut tout à coup ébranlé par un séisme d’une magnitude maximale, laissant les différents gisements de vibranium en chacun de nous exploser et s’écouler dans nos yeux et nos coeurs. Ce personnage fictif devenu si réel dans notre conscience, qui avait su enchevêtrer cette projection de l’Afrique à nos rêves, avait su me séduire et me rallier à sa cause. 


T’challa, loin du pedigree habituel des rois des fictions cinématographiques beaux et flamboyants, avait su m’apprivoiser par la simplicité de sa personne, l’humilité de son attitude et la profondeur de son regard. Sur nos écrans, on voyait un jeune black beau et fort irradier l’écran de son accessibilité. Avant d’être le monarque du Wakanda, T’challa était notre frère. Avant d’être cette super star de Hollywood, membre de la plus grande franchise du cinema mondial, Chadwick Boseman était un homme, tout simplement.



Oui, c’était un homme de convictions, un homme d’ambitions, un homme de valeurs et surtout, un homme d’impact. Le choix de ses personnages, son jeu, son attitude en dehors des écrans et ses prises de paroles étaient empreintes de grandeur, de douceur, de connaissance et de sagesse. Cette grandeur et cette sagesse lui ont permis de donner le meilleur de lui en souffrant le martyr, torturé par un colon cancéreux. Ravalant chaque pic de douleur, il a réalisé des cascades époustouflantes, distribuant à des centaines de millions de personnes une dose durable de force et d’espoir. Nous avons tout simplement perdu l’un des plus grands avatars de la race noire, qui a su en quelques années transcender le mercantilisme de Hollywood et dresser le show business en la porteuse d’un message de renaissance qui a réussi à ébranler, voire renverser le paradigme de l’infériorité de l’Homme noir. Tel un semeur, il a jeté dans nos consciences les graines du baobab de la grandeur afro. Certains diront que c’est trop de compliments surfaits pour un homme…pourtant c’est juste des compliments sur-mesure pour cet homme.

crédit photo: google



En jouant des films d’action épiques en souffrant d’un cancer de stades 3 puis 4, Chad a tout donné. Je ne suis peut-être pas Dieu, mais il a su forer en lui pour offrir à la postérité  des performances exceptionnelles en taisant son agonie. Il a vécu sa vie pleinement et m’a enseigné une chose essentielle:

réaliser son rêve, ce n’est pas finir la course…c’est tout donner dans la direction de la dernière ligne droite chaque jour, sans retenue. C’est ainsi qu’on accomplit des exploits, car les jours sont comptés.


Le rêve sans action n’est qu’une illusion.  Oui, Roi T’challa, je l’ai compris. Merci pour cette leçon de vie.

Retrouvons nous à très bientôt dans votre rêve ou dans le mien: c’était ça, le rêve de Chadwick Boseman.


Wakanda for ever !

Auteur :

Entrepreneuriat, TIC, Pub, culture, digital, marketing & media, photographie amateur, Relations humaines... la valse de mon quotidien au rythme des mots. Welcome to my world

Un commentaire sur « rêver pour impacter (Wakanda for ever) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s